Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 10:51

• Indian Creek

Pete Fromm

 

Ed. Gallmeister. Avril 2010

Le garde commença à parler de bois à brûler. Je hochais la tête sans arrêt, comme si j'avais abattu des forêts entières avant de le rencontrer. "Il te faudra sans doute sept cordes de bois, m'expliqua-t-il. Fais attention à ça. Tu dois t'en constituer toute une réserve avant que la neige n'immobilise ton camion".
Je ne voulais pas poser cette question, mais comme cela semblait important, je me lançai :
"Heu... C'est quoi, une corde de bois ?"
Ainsi débute le long hiver que l'auteur s'apprête à vivre seul au coeur des montagnes Rocheuses, et dont il nous livre ici un témoignage drôle et sincère, véritable hymne aux grands espaces sauvages.

Un hiver au cœur des rocheuses. Pour gagner de l’argent, un étudiant passe 5 mois dans le froid et la neige. Ses journées, il les passe à couper du bois et à chasser. Il a quelques contacts avec des chasseurs et le reste du temps, il s’occupe comme il peut en faisant des erreurs qui auraient pu lui coûter la vie.

CDC de Laurence

 

• Une terre d’ombre

Ron Rash

 

Ed. Seuil. Janvier 2014

Laurel Shelton est vouée à une vie isolée avec son frère - revenu de la Première Guerre mondiale amputé d'une main -, dans la ferme héritée de leurs parents, au fond d'un vallon encaissé que les habitants de la ville considèrent comme maudit : rien n'y pousse et les malheurs s'y accumulent. Marquée par ce lieu, et par une tache de naissance qui oblitère sa beauté, la jeune femme est considérée par tous comme rien moins qu'une sorcière. Sa vie bascule lorsqu'elle rencontre au bord de la rivière un mystérieux inconnu, muet, qui joue divinement d'une flûte en argent. L'action va inexorablement glisser de l'émerveillement de la rencontre au drame, imputable exclusivement à l'ignorance et à la peur d'une population nourrie de préjugés et ébranlée par les échos de la guerre. La splendeur de la nature, le silence et la musique apportent un contrepoint sensible à l'intolérance, à la xénophobie et à un patriotisme buté qui tourne à la violence aveugle.

Pendant la Première Guerre mondiale, dans une ferme dans une vallée, vit une jeune femme avec son père amputé d’une main. Ils vivent comme des parias. Un jour, elle voit un homme allongé par terre, les vêtements déchirés. Elle le croit mort. Elle s’en occupe, et se prend d’affection pour lui. Il se fait passer pour muet. Ils finissent par l’héberger et il va aider la femme. Elle voit une affiche où il est recherché. Il devient alors un ennemi, car c’est un Allemand. Le cauchemar commence…
Personnages attachants ; c’est beau l’ambiance de nature.

CDC Marie-Claude

 

 

• Le bonheur national brut

François Roux

 

Ed. Albin Michel. Août 2014

10 mai 1981, François Mitterrand est élu, la France bascule à gauche, saisie d émoi. Pour Paul, Rodolphe, Benoît et Tanguy, dix-sept ans à peine, pas encore le bac en poche, tous les espoirs sont permis, même au fin fond de leur province bretonne. Vivre son homosexualité au grand jour et monter à Paris pour Paul ; embrasser une carrière politique pour Rodolphe ; devenir photographe pour Benoît, fils d agriculteurs ; suivre la voie de Bernard Tapie pour Tanguy. Trente et un ans plus tard, que reste-t-il de leurs rêves, au moment où le visage de François Hollande s affiche sur les écrans de télévision ?

1981-1992 : des garçons adolescent que l’on voit devenir adultes. On voit à la fois leurs contradictions et leurs hésitations.

Chaque chapitre correspond à un cadre et à une époque précise. On ne s’attend pas à ce qu’ils deviennent.

Pas mal du tout. Psychologie axée sur le réel, sur le concret.

On peut entrer dans le livre de différentes manières. Curiosité de la période ou des personnages donc peut intéresser plusieurs publics. Plus on avance dans le livre, plus on a envie d’avancer.

CDC de Marie-Claude

 

 

• Les champs d’honneur 

Jean Rouaud

 

Ed. de Minuit. Avril 1996

Quelque part en Loire inférieure. Quelque temps après la guerre. L'histoire d'une famille sur laquelle le destin s'acharne et qui assiste, impuissante, à la mort rapprochée de ses membres les plus chers : le père, la tante, le grand-père, la grand-mère. A priori, rien d'original. Et pourtant, pour pouvoir dire ces morts, Jean Rouaud fait revivre cette famille avec une délicatesse et une tendresse remarquables, qui sont autant de bonheurs de lecture. Et si ses mots sonnent aussi justes, c'est parce que cette famille, c'est la sienne. L'écriture se fait souvenir et le regard de l'enfant croise celui du romancier dans une langue limpide et enjouée, avec laquelle le lecteur entre immédiatement en connivence.

Un livre qui surprend. Ca commence comme si on s’amusait. Cela dure les trois quarts du livre. Après, on comprend pourquoi ces personnes sont dérangées.

Un livre que l’on peut relire.

CDC de Genevieve

       de Marie-Rose

 

• Quartier lointain (Bd)

Jiro Taniguchi

 

Ed. Casterman. Novembre 2006

Homme mûr de 40 ans, transporté dans la peau de l'adolescent qu'il était à 14 ans, Hiroshi continue la redécouverte de son passé. Questionnant sa grand-mère, ses parents, ses amis, il réalise tout ce qui lui avait échappé lorsqu'il était jeune. Et petit à petit, l'année scolaire avançant, il voit se rapprocher la date fatidique où son père disparaîtra, pour toujours, sans aucune explication. Peut-il changer son passé ou est-il condamné à le revivre, impuissant ? Et retrouvera-t-il son existence normale, sa femme et ses enfants ?

Un homme, marié, deux enfants, prend le train. Il se trompe de train et arrive dans la ville de ses parents décédés. Il va au cimetière. Sa femme l’appelle et il lui dit qu’il va rentrer. Mais rien ne se passe comme il veut…

Il s’endort. Il revient sur son histoire, et redevient un garçon de 12 ans, avec sa lucidité de 40 ans.

Très beau, très profond et très belle réflexion sur le rapport parent/enfant, ce que l’on fait de sa vie. Le fait que l’on est l’image augmente l’intérêt du texte.

CDC de Marie-Claude

 

 

• La tête de l’emploi

David Foenkinos

 

Ed. J’ai Lu. Janvier 2014

A 50 ans, Bernard se voyait bien parti pour mener la même vie tranquille jusqu'à la fin de ses jours. Mais parfois l'existence réserve des surprises... De catastrophe en loi des séries, l'effet domino peut balayer en un clin d oeil le château de cartes de nos certitudes. Et le moins que l'on puisse dire est que cet homme ordinaire, sympathique au demeurant, n'était pas armé pour affronter ce qui l'attendait.
Buster Keaton post-moderne, il va devoir traverser ce roman drôle et mélancolique pour tenter de retrouver sa place dans un monde en crise.

Un banquier est préoccupé par son travail et oubli l’anniversaire de sa femme psychologue. Elle lui fait une crise. On se rend compte après qu’elle veut le quitter. Il va habiter à l’hôtel. Il ne comprend pas tout de suite qu’elle veut réellement le quitter. Il revit une vie d’adolescent quand il retourne chez ses parents.
Léger, très attachant, laisse à réfléchir. Très belles pages.

CDC de Marie-Claude

 

 

• Laissées pour compte

Robert Bober

 

Ed. Folio. Juin 2007

Y'a pas d'printemps ", " Un monsieur attendait. " et " Sans vous " sont trois titres de chansons. Mais ce sont aussi les noms donnés à trois vestes fabriquées au début de l'année 1949 dans l'atelier de Monsieur Albert. Laissées-pour-compte, mais vivantes, serrées l'une contre l'autre, elles apprirent à écouter le moindre bruit que faisait la vie : les murmures et les éclats de voix, les histoires de guerre et les recettes de cuisine, les histoires de bal du dimanche et les histoires de ciel bleu. Témoins de passions et de haines, elles connurent la tristesse, l'anxiété, les désespoirs et apprirent la clairvoyance, l'ironie, la patience, la tranquillité et la joie. Et le chagrin. Et l'indignation...

Des vêtements parlent. C’est trop drôle, léger et profond.

CDC de Marie-Rose

       de Marie-Claude

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mediatheque-devecey.over-blog.com - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

On vous accueille...

Le lundi de 16h00 à 18h00

Le mercredi de 10h à 12h et de 14h à 18h

Le vendredi de 16h00 à 18h00

Le samedi de 10h à 12H

Retour à la page d'accueil