Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 09:46

● Les cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut

Mitch Albom

Ed. Pocket. Décembre 2005

Pendant des années, Eddie, 83 ans, a veillé au bon fonctionnement de la fête foraine. Comble de l’ironie, c’est ici qu’il vient tout juste de mourir, écrasé sous la nacelle d’un manège alors qu’il tentait de sauver la vie d’une fillette… Arrivé dans l’au-delà, il se retrouve embarqué sur un vaste océan multicolore et multiforme où, comme dans un rêve éveillé, il va faire cinq rencontres bouleversantes et déterminantes : Marguerite, son amour perdu, mais aussi son ancien capitaine d’infanterie, une vieille femme aux cheveux blancs, un mystérieux homme bleu et une toute jeune asiatique détenant, dans ses petits doigts atrocement brûlés, le secret d’Eddie et de sa destinée…

Une personne décède et est dans l’au-delà. Cinq personnes ont influencé son destin. Ça explique son histoire alors qu’il a 84 ans.

CDC de Najad

● Et tu n’es pas revenu

Marceline Loridan Ivens

Ed. Grasset. Février 2015

«J'ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l'ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T'écrire m'a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m'enserre le coeur.
Je voudrais fuir l'histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille.»

Elle n’arrive pas à faire son deuil. Très beau, bien écrit.

Regret pas possible. Elle porte son père sur son dos.
Regrette le regard méprisant sur les juifs.

CDC de Marie-Rose

● le cri du milan

Lola Sémonin

Ed. Gatuzain. Décembre 1999

Tu l'entends le cri du milan ? Il te balance sa détresse sur les notes pathétiques d'un blues en plein azur. Son ami Gabriel, l'ornitho au grand coeur, le protecteur des rapaces a disparu. Tu l'entends le cri du milan ? Il te hurle sa hargne, sa poésie encanaillée. Il t'embarque dans les décors du Haut-Doubs : suspens, parades d'amour, vois planés dans les limbes, trafic de faucons pèlerins, enlèvement, révolte des oiseaux... Tu l'entends son cri ? Il t'aspire dans les turbulences, il t'avale et te plonge au coeur de la vie jusqu'au bord du ciel et même au-delà. Epopée lyrique, hymne à la nature, Le cri du milan est un vrai récit de liberté et d'amour qui notas emporte, nous happe dans les airs et nous bouleverse.

C’est l’oiseau qui parle. Il a été sauvé par un ornithologue, homme des bois. Un sentiment se crée. Les pingouins sont les hommes. Des braconniers font la traite des œufs.
Vocabulaire précis mais compréhensible. C’est un bol d’air, de bonheur. On vole avec le milan

CDC de Simone et de Geneviève

● Otages intimes

Jeanne Benameur

Ed. Acte Sud. Août 2015

Photographe de guerre, Etienne a toujours su aller au plus près du danger pour porter témoignage. En reportage dans une ville à feu et à sang, il est pris en otage. Quand enfin il est libéré, l'ampleur de ce qu'il lui reste à ré-apprivoiser le jette dans un nouveau vertige, une autre forme de péril. De retour au village de l'enfance, auprès de sa mère, il tente de reconstituer le cocon originel, un centre duquel il pourrait reprendre langue avec le monde. Au contact d'une nature sauvage, familière mais sans complaisance, il peut enfin se laisser retraverser par les images du chaos. Dans ce progressif apaisement, se reforme le trio de toujours. Il y a Enzo, le fils de l'Italien, l'ami taiseux qui travaille le bois et joue du violoncelle. Et Jofranka, l'ex petite fille abandonnée, avocate à La Haye, qui aide les femmes victimes de guerres à trouver le courage de témoigner. Ces trois-là se retrouvent autour des gestes suspendus du passé, dans l'urgence de la question cruciale : quelle est la part d'otage en chacun de nous ? De la fureur au silence, Jeanne Benameur habite la solitude de l'otage après la libération. Otages intimes trace les chemins de la liberté vraie, celle qu'on ne trouve qu'en atteignant l'intime de soi.

Photographe de guerre, otage libéré. Peu de personnages. Pas de violence gratuite. Il revient sur le tarmac, tous les officiers sont là et sa mère aussi. Il rentre dans son village où il retrouve ses copains d’enfance. Chacun raconte son histoire.

CDC de Marie-Madeleine

Partager cet article

Repost 0
Published by mediatheque-devecey.over-blog.com - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

On vous accueille...

Le lundi de 16h00 à 18h00

Le mercredi de 10h à 12h et de 14h à 18h

Le vendredi de 16h00 à 18h00

Le samedi de 10h à 12H

Retour à la page d'accueil