Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 09:16

Biographie

 

Après des études de Droit qu'il abandonne au profit des paillettes de son emploi de "G. O." dans un Club de vacances à Cannes, Fabrice Pichon se range des nuits de folie en intégrant une société d'assurances.
Ses lectures sont variées avec une longue traversée du désert littéraire, uniquement consacrée aux comics pendant son adolescence. La plume le chatouille dès le collège, encouragé par une prof de français qui préférait Georges Pierquin à Émile Zola.
En 2000, il est lauréat d'un concours organisé par le journal Le Bien Public et les quotidiens de Bourgogne avec un premier thriller diffusé sous forme de feuilleton pendant six mois.
Par la suite les idées s'entassent dans un coin de son esprit et la vie poursuit son cours.
Chacun porte en lui ses propres déchirures, et quitter sa ville et ses racines à l'âge de douze ans fut certainement une de celles qui marqua Fabrice Pichon le plus profondément.
C'est peut-être ce qui l'amena à faire ses premiers pas dans l'univers du polar avec Vengeance sans visage, car ce qui n'a pas été aurait pu être.
Le passé est un personnage à part entière de ses écrits, et la dualité des êtres qu'il affectionne doit être une réminiscence des comics ingurgités à haute dose.
Aujourd'hui Fabrice Pichon partage son temps entre Dijon et la Franche-Comté, où il a retrouvé ses racines

 

Bibliographie

 

le mémorial des anges

 

CVT_Le-Memorial-des-Anges_6980.jpg

 

Un psychiatre liquidé, un flic qu’on tente d’assassiner, une documentaliste qui passe de vie à trépas…La vie de la division du SRPJ de Besançon est aussi tumultueuse que les eaux du Doubs en pleine crue. Lorsqu’un procureur obstiné leur met des bâtons dans les roues et qu’il faut travailler de concert avec la gendarmerie, parce qu’une des victimes a eu l’excellente idée de se faire liquider en banlieue dijonnaise, rien ne va plus au commissariat de la Gare d’eau.

 

 

Le complexe du Prisme

 

34215_aj_m_2870.jpg

 

 

 

Fabrice Pichon a choisi comme héroïne de son histoire une femme, Marianne Bracq, en parfaite adéquation avec son époque. Cette femme, nous pourrions l’avoir croisée souvent dans notre vie de tous les jours. Femme divorcée, mère de deux jeunes enfants, professionnellement active, dynamique, impliquée dans son travail, elle est par ailleurs commissaire de police, et ma foi, ça tombe plutôt bien, puisque nous sommes dans un polar ! Venant de Bergerac, elle arrive à Besançon où elle est nommée chef de l’un des groupes du SRPJ. Et elle est aussitôt confrontée à un tueur en série qui semble exécuter sans raison des personnes n’ayant aucun lien apparent entre elles. Mais voilà que la jeune femme croit repérer des indices qui lui laissent penser qu’elle n’est pas étrangère à l’action du meurtrier ! Son enquête va l’amener à s’intéresser de près à de vieilles affaires, et la mettra sur la piste d’une secte, l’amenant dans des zones dangereuses dans lesquelles son propre passé ainsi que celui de sa famille va croiser le parcours du tueur.

 

Vengeance sans visage

CVT_Vengeance-sans-visage_2536.jpg

 

En mettant fin à ses jours, Ghislain n’imagine pas qu’il va créer Heimatlos, un être né de lasouffrance de l’un de ses proches trente années plus tard. 
Un être mystérieux qui accomplira la vengeance qui le hante, exécutant ses victimes sur les portes de la Citadelle de Besançon et au fronton de la Porte Noire, semant sur son passage les fausses pistes et les faux-semblants.
La commissaire Nicole Desvignes est lasse de ces meurtres qui rythment sa carrière, fatiguée de se battre contre l’IGPN qui soupçonne son adjoint de proxénétisme et dont elle est persuadée de l’innocence.
Lorsqu’un faisceau de présomptions oriente son enquête sur la piste de Stéphane Victor, le propre fils de son adjoint désavoué, Nicole Desvignes obtient du procureur Dumont trois jours pour élucider le mystère de ce tueur .
Flanquée de son équipe et de son nouvel adjoint le commandant Pulien, elle engage alors une course contre la montre pour stopper des meurtres qui semblent viser les architectes de la cité. Trois journées d’une enquête haletante où le tueur ne laisse aucune trace et semble toujours avoir une longueur d’avance.
Trois jours pour une enquête qui mènera Nicole Desvignes de Besançon à Dijon, de la cité balnéaire de Cavalaire au bourg Franc-comtois de Pouilley-les-Vignes sur les traces d’un passé qui rattrape le présent.
Mais ces trois jours seront-ils suffisants pour comprendre Heimatlos, l’identifier et le stopper dans sa soif de vengeance?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

On vous accueille...

Le lundi de 16h00 à 18h00

Le mercredi de 10h à 12h et de 14h à 18h

Le vendredi de 16h00 à 18h00

Le samedi de 10h à 12H

Retour à la page d'accueil